h1

The Walt Disney Company

13 octobre 2008

Walt Disney Company a été fondée par les frères Disney (Walt et Roy) en 1923. Initialement bâtie autour d’un studio d’animation, qui a notamment porté à l’écran en 1937 Blanche Neige et les sept nains, premier film d’animation au monde, la société est aujourd’hui le premier conglomérat médiatique mondial en termes de capitalisation boursière, devant News Corp. et Time Warner. La société est cotée à la bourse de New York. Steve Jobs, CEO d’Apple, siège en outre au conseil d’administration du groupe, ce qui explique en grande partie les relations privilégiées entretenues par WDC et iTunes.

Les actifs de la société ont été regroupés autour des 3 marques principales ABC, Disney et ESPN, intervenant dans les industries du cinéma, de la télévision, des produits dérivés et des parcs d’attraction.

La marque ABC, c’est avant tout le 2ème network en termes d’audience aux Etats-Unis, derrière CBS mais devant NBC et Fox, grâce à des programmes fédérateurs tels Lost, Desperate Housewives, Grey’s Anatomy… ABC est aussi présent sur le segment TV payante via ABC family aux côtés des chaînes Disney, leader sur la thématique jeunesse. Sur la thématique sportive, ESPN est encore en 2007 une chaîne leader du câble et du satellite aux Etats-Unis, mais également à l’international.

The Walt Disney Company

· Télévision et médias

C’est le premier segment en termes de CA du groupe, avec 3 actifs majeurs : Disney-ABC Television Group, ESPN Inc. et The Walt Disney Internet Group (WDIG).

clip_image002

Disney-ABC Television Group comprend le network national US ABC, les chaînes payantes du groupe aux Etats-Unis et à l’international (Disney, ABC Family, SOAPnet essentiellement), le réseau de radios Disney, ainsi qu’une division Internet et interactif. La particularité essentielle des chaînes jeunesse Disney étant qu’elles sont dépourvues de publicité, et financées intégralement par les distributeurs de TV payante.
Disney-ABC TV a également des participations dans Lifetime Entertainment et A&E Television networks.

Les chaînes sportives ESPN, autre marque TV majeure du groupe, ont quant à elles fait l’objet de déclinaisons multiples, afin de cibler une audience toujours plus étroite, et de monétiser au mieux l’audience auprès des annonceurs. Aux Etats-Unis, ESPN est ainsi déclinée en six chaînes payantes, 2 chaînes premium HD, une chaîne à la demande…mais également sur d’autres médias (radio, magazine, Internet). A l’international, ESPN fait l’objet de 31 déclinaisons régionales (dont française). ESPN Inc. est détenu à 80% par le groupe Disney et à 20% par le groupe Hearst Media (Food network…).

Enfin le WDIG comprend les divisions mobiles, Internet, nouveaux médias et social network du groupe.

clip_image002[7]

· Cinéma

L’animation est le cœur de métier originel de la société, et a fait, depuis plus de 80 ans, la renommée du groupe. Aujourd’hui, WDC distribue des films et longs métrages sous les bannières de Walt Disney Pictures (qui inclue Walt Disney Animation Studio, Pixar Animation Studio -racheté en 2006, via échange d’actions avec l’actionnaire majoritaire du studio d’images de synthèse, Steve Jobs- et Disney Toon Studio), mais également de Touchstones Pictures et Miramax Films (dont les frères Weinstein ne sont plus actionnaires, ayant créé leur propre société). Le groupe est en outre présent dans la distribution internationale de ses productions, via WD Studio Motion Pictures International et sur le segment de la distribution vidéo, VoD… Disney theatrical Productions est l’unité en charge de la production/adaptations de succès Disney en live, notamment à Broadway. Enfin, les bandes originales des productions Disney sont également distribuées par des filiales intégrées. Ce segment a contribué à hauteur de 7,5 milliards au CA du groupe en 2007, soit le 3ème poste derrière la télévision et les parcs d’attraction.

· Parcs d’attraction et tourisme

L’idée des parcs d’attraction est née en 1952, avec la volonté de prolonger l’univers Disney au delà des salles obscures, et la création du Disneyland Park à Anaheim (Californie). Avec un chiffre d’affaires de 10,6 milliards de dollars (+7%) en 2007, ce segment comprend aujourd’hui le Disney Cruise Line (navires de plaisance), 8 clubs de loisirs et 11 parcs à thèmes (resorts en France, aux Etats-Unis, à Tokyo et Hong Kong).

· Produits dérivés

C’est en 1929 qu’apparaissent les premiers produits dérivés Disney, sur la couverture des cahiers d’écoliers. Depuis, le logo Disney est décliné sur de nombreux produits (livres, alimentation, jouets, déco….).

 

Axes stratégiques et défis

Mondes virtuels, interactivité, VoD payante et broadband gratuit

Si Disney avait fait figure de pionnier en mettant à disposition certains de ses contenus copyrightés en location/vente sur iTunes le premier (notamment influencé par Steve Job), la stratégie broadband gratuite du groupe a été plus protectrice de la marque Disney. Lors de la conférence Digital Hollywood en mars 2008, Iger indiquait que Disney avait vendu 4 millions de films et 40 à 50 millions de séries sur iTunes depuis son entrée en 2006 sur la plateforme de téléchargement payant, soit un CA estimé à 122,8 millions de dollars. C’est peu comparé aux 35 milliards de CA annuel du groupe, mais ce sont autant de dollars « rescapés » du piratage.

Tandis qu’ABC avait lancé depuis mi 2006 sur son site un service de catch up TV, avec un Player HD (depuis 2007), permettant au site d’enregistrer en 2008 plus de 8,9 millions de visiteurs uniques chaque mois (player développé en partenariat avec Move networks, permettant depuis mai 2008 un visionnage en mode plein écran et qualité HD), et de figurer au premier rang des sites des networks US, Disney était jusqu’à présent resté réticent à la mise en ligne gratuite de ses productions.

Dans la continuité de l’initiative « Wonderful World of Disney » qui prévoit la diffusion des films Disney le vendredi soir sur ABC jusque fin août, le groupe a toutefois annoncé la mise à disposition gratuitement de certains de ses hits sur le service de catch up TV d’ABC. Le deal porte sur des blockbusters comme Finding Nemo, Peter Pan ou encore Monsters Inc. En outre, après avoir conclu en novembre dernier un partenariat avec AOL pour la mise à disposition de contenus copyrightés en contrepartie du partage des revenus publicitaires, le groupe a annoncé cette semaine la mise à disposition sur le site de vidéo en ligne Veoh (dont Eisner est l’un des investisseurs, et qui vient de lever 30 millions de dollars) des contenus ESPN et ABC. Sur Hulu, les utilisateurs désireux de visionner du contenu ABC/Disney sont automatiquement redirigés vers le site propriétaire du groupe dont le player impose des publicités ciblés de 15 secondes environs (évitant ainsi un partage des revenus publicitaires avec la JV concurrente).

Apres avoir développé des mondes virtuels destinés à prolonger l’univers Disney en ligne (Pirates des Caraïbes par exemple a ainsi fait l’objet d’une déclinaison virtuelle, permettant aux utilisateurs de créer des avatars et de naviguer dans l’univers Disney au-delà de l’expérience classique du Home Vidéo), et avoir investi le segment du jeu vidéo avec encore plus de volontarisme en début d’année, Disney annonçait en juin 2008 la fusion des entités Disney jeux vidéo et Digital sous la même bannière, afin de favoriser les synergies entre les services et exploiter au mieux la marque Disney sur les nouveaux réseaux. La nouvelle entité, baptisée Disney Interactive Media Group, sera dirigée par Steve Wadsworth, actuellement à la tête de la division interactive.

Ces annonces interviennent une semaine à peine après les partenariats signés avec ReelTime Rentals stipulant la mise à disposition des hits Disney/ABC/Pixar/Touchstone Pictures/Hollywood Pictures/Miramax en souscription à la demande sur le service payant (8 dollars pas mois pour l’abonnement basique) et s’inscrivent dans un mouvement d’ensemble de refonte de la stratégie des studios en matière de mise à disposition de contenus en ligne (voir infra.).

3D :

En 2005, Disney faisait déjà figure de pionnier en sortant Chicken Little 3D ou encore Meet the Robinsons en 3D en 2007 (30% du box office US pour la version 3D).

En 2007, les studios Disney ont créé avec Robert Zemeckis (réalisateur de Beowulf, succès 3D en salles en 2007 avec 195 millions de dollars générés au BO mondial) la société dédiée à la capture d’image pour l’animation ImagesMovers Digital. La même année, Hannah Montana version 3D engrangeait plus de 65 millions de dollars au box office mondial en version 3D.

En 2008, suivant la stratégie adoptée par Dreamworks, Disney annonçait un line up à horizon 2012 avec une exclusivité de production/distribution 3D, à commencer par la sortie de Bolt à venir en octobre 2009 (qui fera en outre l’objet d’une déclinaison jeux vidéo, disponible sur Xbox, PS3, Wii). Ledit line up inclut entre autres 6 films Pixar, 4 films Walt Disney Animation Studio (dont Cars 2 et Toy Story 3) et des sorties direct to DVD. Tous les films à l’exception de « the Princess and the Frog »feront l’objet d’une sortie 3D. voir :http://www.variety.com/article/VR1117983709.html?categoryid=13&cs=1&nid=2562

clip_image002[11]

Les sociétés filiales de Walt Disney

clip_image002

clip_image004

clip_image005

Morgan Jacquat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :