h1

SXSW: de retour d’Austin

26 mars 2008

La seconde semaine de Mars est marquée aux Etats-Unis par une concentration accrue du trafic dans les aéroports Texans… Pourquoi ? Parce que SXSW !

Lancé en 1987, South by Southwest était à l’origine un festival destiné à promouvoir la création musicale, tout en permettant aux acteurs de l’industrie de se côtoyer dans une atmosphère décontractée. En 1994, les organisateurs élargissent le spectre du festival aux industries du film et des nouvelles technologies. Des cycles de conférences, keynotes et débats animent ainsi pendant une semaine la ville d’Austin au Texas, tandis que des projections cinématographiques, concerts, et multiples fêtes/événements de networking ont lieu un peu partout dans la ville.

La 21éme édition du SXSW est restée fidèle aux ambitions initiales de l’événement, à savoir échanger avec des professionnels passionnés et créatifs. Ce festival, peu connu en France, est ainsi une occasion unique de rencontrer les acteurs majeurs des industries musicales/cinématographique/interactives américains, tout en participant à la réflexion en cours sur l’avenir de la création indépendante.

SXSW Film

Avec plus d’une centaine de films programmés, dont 16 longs métrages en compétition, et une acquisition en 2008 (Nights and Week Ends, de Joe Swanberg, dont IFC a acquis les droits monde suite à la première), le festival d’Austin semblerait – selon le Hollywood Reporter-, être en pleine mutation, pour passer du statut de festival de cinéma indépendant à un véritable marché.

Pour ce qui concerne la présence française, notons que Love Songs (Les Chansons d’Amour de Christophe Honoré) était programmé au line up du festival cette année. Outre les screenings, SXSW Film ce sont aussi de nombreux panels, cessions avec des mentors dans les domaines de la distribution, des acquisitions, des ventes et du marketing, pour permettre aux nouvelles générations de cinéastes de rencontrer les acteurs plus établis de la création indépendante aux USA. C’est d’ailleurs un avantage majeur de cette manifestation : les professionnels sont accessibles, et disponibles pour échanger, networker, et repérer les nouveaux talents.

De Magnolia Pictures à Warner Independent, Netflix ou encore HBO, tous les acteurs majeurs des industries audiovisuelles et cinématographiques américains se sont retrouvés à Austin pour célébrer, et discuter, le cinéma indépendant. Outre les films de fictions, le documentaire est également très présent durant cette manifestation, qui accueille aussi une cession de courts métrages.

Les panels étaient quant à eux essentiellement orientés autour des nouveaux rapports de force entre les producteurs indépendants et les distributeurs à l’heure de la conversion des écrans US au numérique, de l’avènement du DIY (Do It Yourself) dans le domaine de la distribution – avec Internet en ligne de mire-, de la recherche de financement, avec les rapprochements entre les VC de la Silicon Valley et les créateurs de contenus, ou encore de l’intérêt grandissant pour les contenus internet et mobiles. L’avenir du DVD a aussi fait l’objet de débats, sachant que c’est une fenêtre d’amortissement majeure pour l’industrie cinématographique, tandis que la VoD semble pour l’instant être perçue comme un moyen de promotion du film, destiné à créer un buzz autour de la création indépendante, ou à offrir un service en plus aux consommateurs pour les blockbusters. La VoD en tant que fenêtre d’exploitation rentable pour les films à gros budget fait toutefois encore l’objet d’une certaine défiance de la part des professionnels cette année.

Malgré tout, la keynote de Michael Eisner a mis l’accent sur les opportunités offertes par la vidéo en ligne, le fondateur de Tornante LLC prédisant que d’ici à cinq ans, les contenus en ligne pourraient être équivalents en termes de qualité et de rentabilité aux contenus TV payante aux US.

SXSW Interactif

Outre l’interview très remarquée de Marc Zuckerberg (Facebook), les conférences au Convention Center se sont articulées autour de thèmes aussi divers que la monétisation du web communautaire, l’invention de nouveaux modèles économiques dans les secteurs de l’industrie musicale et cinématographique (essentiellement des modèles de consommation illimitée financés par la publicité ciblée, ou encore de souscription à la demande…), des réflexions autour de la notion du Copyright, avec les licences Creative Commons qui ont encore une fois séduit de nombreux participants…

Avec la prolifération des contenus en ligne, certaines réflexions ont en outre fait la part belle aux nouvelles modalités d’indexation des contenus en ligne, ou comment assurer une visibilité au contenu online via un marketing plus efficace. Les industries du mobile, du jeu vidéo et du design ont également fat l’objet de nombreuses discussions.

Enfin, certains panels dédiés spécifiquement à la distribution sur les nouveaux réseaux des contenus cinématographiques, avec des panelistes issus des industries cinématographiques et interactives, ont pu refléter les mutations en cours dans le domaine de la distribution, ainsi qu’une certaine convergence des métiers dans ces secteurs.

SXSW Musique

Avec Lou Reed pour ouvrir les festivités, plus de 1700 groupes présents à la programmation du festival, tous les hôtels de la ville surbookés, et des concerts de 12h00 à 2h (AM) tous les jours, le volet musical de SXSW nécessite indéniablement une certaine endurance ! La encore, la part belle est faite à la découverte de nouveaux artistes, même si des artistes plus établis comme REM, Ben Harper ou encore N.E.R.D ont rallié les foules. Si la programmation est indéniablement axée indie rock, des artistes plus soul et jazz se sont également produit à Austin, tel Alice Russel. Dans les découvertes cette année, notons en outre la percée des Dodos et des Bodies of Water.

Côté industrie, le festival de musique a aussi eu son lot de discussions, avec les professionnels de l’industrie qui commencent à réfléchir le numérique comme un allié… L’avenir des web radios, la gestion des royalties, le succès de Pandora ou d’Imeem ont ainsi marqué les jalons de panels articulés autour de la distribution numérique, mais aussi de l’ouverture à l’international, et du marketing de l’industrie musicale.

SXSW, avec ses trois festivals, mêlant création, technologie et innovation vaut ainsi indéniablement le détour, pour les professionnels de ces industries certes, mais également pour les nouveaux entrants désireux de se faire un réseau solide, ou encore de glaner des conseils tout aussi indispensables sur ces marchés !

 

Geraldine Ohana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :