h1

Panorama du Cable Show 2007

26 mai 2007

La 56e édition du Cable Show s’est tenue au Mandalay Bay Convention Center de Las Vegas, du 7 au 9 mai 2007. Cette année, la convention de référence de l’industrie du câble a accueilli 15 000 visiteurs autour de 389 exposants et d’un programme chargé de sessions de travail, le tout sous le slogan de « Competition Works. Consumers Win », sous-entendu « la compétition est à l’œuvre et profite aux consommateurs finaux ».

A noter qu’aucune société française n’était exposante lors de ce salon de référence de l’industrie audiovisuelle.

Technorati Tags:

Le rendez-vous annuel de l’industrie du câble

Fondée en 1952, la National Cable & Telecommunications Association (NCTA) est la principale association professionnelle de l’industrie du câble aux Etats-Unis. Elle représente les câblo-opérateurs qui couvrent 90% des foyers américains, et plus de 200 chaînes de programmation.

De plus, aux Etats-Unis, l’industrie du câble est le premier fournisseur Internet à haut débit depuis qu’elle a investi 100 milliards de dollars en 10 ans pour construire une infrastructure de diffusion par fibre optique. Enfin, les câblo-opérateurs offrent des services de téléphonie numérique à des millions de consommateurs américains.

Aussi la convention était-elle centrée autour du trinôme Internet / téléphonie / télévision. A cela s’ajoutait l’ombre des services de mobilité, nouveau défi des opérateurs, et la réalisation à terme d’une véritable offre de quadruple play.

En plus de ses présentations générales du secteur et de ses sessions à thème (Finance, International, Nouvelles technologies, Marketing), le Cable Show intégrait des modules innovants, tels :

· La conférence OCAP Interactive & More, présentée conjointement par la NCTA et CableLabs, et traitant de la plateforme et des applications ouvertes pour le câble (OCAP, OpenCable Applications Platform) ;

· La convention annuelle du Cabletelevision Advertising Bureau (CAB) qui pour la première fois en 25 ans, s’est greffée au Cable Show, participant à une augmentation de son audience (environ 1000 visiteurs).

· Le CIO.IT, réalisé par Accenture en partenariat avec la NCTA, à l’adresse des directeurs informatiques et des spécialistes des systèmes de l’information de l’industrie du câble.

· Le iHollywood Mobile Bootcamp dont l’objectif est d’apporter aux câblo-opérateurs les éléments de support nécessaires à leur stratégie mobile ;

· La Cable Game Arena visant à rapprocher les câblo-opérateurs et les éditeurs de jeux vidéos ;

La fusion de ces événements permet d’une part, aux plus petits événements d’augmenter leur visibilité et leur audience, et d’autre part, au Cable Show d’incorporer une nouvelle dimension à l’heure où tous les acteurs de l’industrie du câble se cherchent de nouveaux relais de croissance.

La position de la FCC : neutralité et compétitivité

La Federal Communications Commission (FCC) est l’instance de régulation de l’audiovisuel aux Etats-Unis. Kevin Martin, chairman de la FCC, qui fait fréquemment une apparition aux grands rendez-vous de l’industrie audiovisuelle (à l’exception du NAB 2007), s’est ainsi exprimé lors de l’ouverture du Cable Show 2007.

L’opinion populaire veut que, de tradition, Kevin Martin ne soit pas un grand défenseur de l’industrie du câble. Pourtant dans son discours d’introduction, Kevin Martin a redéfini sa position : il affirme « ne pas détester le câble » et en être lui-même un consommateur régulier.

Néanmoins, les intérêts des sociétés du câble ne lui semblent pas de première priorité en termes de régulation. Plus précisément, il s’affiche comme neutre en termes de plateformes… tant que la concurrence fonctionne. Autrement dit : parfois les règles qu’il édicte favorisent l’industrie du câble et parfois elles vont à son encontre, puisque son objectif est toujours d’aider les nouveaux entrants à pénétrer un marché dominé par des acteurs historiques. Ainsi, Kevin Martin dit avoir participé à encourager l’entrée du câble dans le marché de la téléphonie et du haut débit, et félicite l’industrie d’avoir réussi à rendre ces services accessibles à un grand nombre d’utilisateurs en baissant les prix.

En revanche, il reproche à l’industrie de ne pas aller assez loin dans le « tout à la carte ». Ce sujet est d’autant plus pressant que le nombre de chaînes n’en finit pas d’augmenter et que les tarifs des opérateurs, au lieu de baisser, ont quasiment doublé entre 1996 et 2006. Il favorise donc l’approche du pick-and-choose, avec des consommateurs libres de choisir exactement les services auxquels ils souhaitent avoir accès : « Je ne crois pas que les abonnés doivent être obligés d’acheter Spike TV pour avoir Discovery ». Il ne remet pas en cause l’existence des bouquets actuels, mais incite fortement au développement d’une voie parallèle, à l’exemple de Hong-Kong et du Canada ; au Canada, Rogers Cable a vu ses revenus croître sensiblement entre 2005 et 2006, depuis le lancement de son offre à la carte.

Kyle McSlarrow, directeur de la NCTA, s’est opposé fermement à ces propos, arguant que les chaînes les moins populaires peuvent justement survivre grâce à l’existence de bouquets, et que de telles mesures ne réduiraient en rien la violence à la télévision, autre préoccupation de l’instance de régulation. Plus récemment, il a adouci sa position, précisant qu’il ne s’oppose pas à l’idée d’une offre à la carte, à condition qu’elle émane du marché lui-même et ne soit pas mandatée par le gouvernement. Le succès des plateformes de video-on-demand pourrait notamment servir d’indicateur de l’état du marché…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :