h1

Le déploiement de la fibre optique s’accélère aux Etats-Unis avec un million d’abonnés

26 novembre 2006

La Telecommunications Industry Alliance (TIA) et le Fiber-to-the-Home (FTTH) Council ont publié au mois d’octobre 2006 les derniers chiffres des déploiements de réseaux FTTH.

· Le nombre de foyers desservis par ces réseaux FTTH est passé de 4,1 millions en mars 2006 à près de 6,1 millions en septembre 2006, soit une moyenne de 335 000 foyers supplémentaires desservis par mois.

· Le nombre de foyers abonnés à des services sur réseaux FTTH a augmenté en 6 mois de 51% pour s’établir à plus d’un million de foyers. Ce chiffre est à rapporter aux presque 57 millions d’abonnés américains au haut débit. Plus de la moitié des foyers sont abonnés à l’offre FTTH de Verizon.

Près de 40% des déploiements FTTH sont assurés par les trois opérateurs de télécommunications majeurs aux Etats-Unis, les « RBOCs » (Verizon, BellSouth et SBC). Alors que les opérateurs alternatifs ou CLECs (Competitive Local Exchange Carriers), en direct ou en partenariat avec des sociétés de développement urbain, représentaient jusqu’à présent la majorité des déploiements, ceux-ci ne représentent plus que 26% des déploiements.

Satisfaite des premiers résultats, Verizon accélère son déploiement FTTH avec 18 milliards de dollars investis d’ici 2010

Fin septembre 2006, Verizon avait raccordé techniquement 5,3 millions de foyers dans 16 Etats et ouvert commercialement 3,8 millions d’entre eux. Le taux de pénétration moyen de son offre Internet en fibre sur les marchés couverts est de 14%. En termes de satisfaction clients, il semblerait que les abonnés à une offre haut débit en FTTH soient sensiblement plus satisfaits que les abonnés à d’autres technologies. Le taux de satisfaction est en effet de 89% pour les abonnés FTTH contre 53% pour ceux abonnés à une offre câble ou DSL.

Ces résultats ont conduit Verizon à intensifier le développement de son réseau FTTH pour sa stratégie haut débit. Verizon compte ainsi investir 18 milliards de dollars d’ici 2010 pour la mise en service d’un réseau capable d’atteindre près de 16 millions de foyers. Cela représente 50% des 33 millions de foyers couverts dans 28 Etats par le service Verizon. L’investissement dans la FTTH lui permettra de réaliser près de 5 milliards de dollars d’économies sur la maintenance de son réseau en paires de cuivre.

Dans le cadre du développement de son réseau et de sa nouvelle offre de service FIOS, la région de New York City représente un intérêt stratégique majeur pour Verizon. Les New-Yorkais comptent parmi les plus importants consommateurs de services de vidéo, d’Internet et de téléphonie fixe. Or Verizon perdrait près de 1000 abonnés par jour au profit d’acteurs tels que Time Warner Cable et Cablevision, du fait de la forte concentration de clients potentiels dans la région de New York et de l’intensité de la compétition.

Pour améliorer la qualité de son offre, Verizon compte ainsi consacrer près de 3 milliards de dollars pour le déploiement à NYC d’un réseau FTTH permettant de couvrir près de 3,1 millions de foyers en vue d’offrir des services de data, de voix et de télévision.

AT&T maintient son approche hybride FTTN/FTTP pour son déploiement du THD en fibre optique

Pour le développement de ses offres haut débit et triple play U-verse, l’opérateur AT&T a choisi dans le cadre de son projet de déploiement, le lightspeed project, de développer en priorité ses réseaux selon une architecture de type FTTN (Fiber To The Node/Neighborhood) et lorsque cela est pertinent en FTTP/FTTH (Fiber To The Premise ou To The Home).

Contrairement à Verizon qui amène le très haut débit en fibre optique jusqu’à ses abonnés, AT&T a choisi, sauf pour les constructions nouvelles en FTTH, un déploiement en fibre de type FTTN jusqu’à un DSLAM se situant dans le voisinage de l’abonné (à une distance moyenne de moins de 3000 pieds). Pour le last mile le service est alors assuré par une connexion de type VDSL sur le réseau cuivré existant.

Cette stratégie de déploiement, ainsi que la justifie le management AT&T, vise à optimiser la rapidité de la mise en place du nouveau réseau et les investissements engagés. Ainsi, en termes d’objectifs, l’opérateur compte couvrir d’ici fin 2008 un total de 19 millions de clients dont seul 1 million serait connecté en FTTP.

Au regard d’une stratégie de déploiement qui contraste avec celle mise en œuvre par Verizon, cette approche FTTN d’AT&T est contestée. Certains analystes considèrent la décision de l’opérateur de ne pas amener la fibre jusqu’à l’abonné comme une erreur stratégique. En effet, compte tenu des prévisions de croissance des besoins en débit tirés notamment par le développement des services de vidéo, AT&T aurait à terme besoin de compléter son réseau pour offrir une connectivité de type FTTP. En parallèle à ces critiques, certaines rumeurs récentes visaient à annoncer un changement de la stratégie d’AT&T. Il aurait été question que l’opérateur connecte en FTTP plus de foyers que le million prévu. AT&T a cependant réaffirmé que sa priorité restait de déployer en FTTN.

La TV haute définition, moteur de développement de la fibre aux Etats-Unis

Après un démarrage ralenti par des prix d’équipement élevés, le nombre de foyers américains disposant de services de télévision en HD (équipés en équipement HD et recevant une offre de chaines HD) est en forte croissance, passant de 15 millions de foyers mi-2006 à 20.3 millions estimés fin 2006 (Données In-Stat).

Poussé par la volonté des opérateurs d’augmenter l’ARPU, le développement de ce nouveau type de services, du fait de son exigence en terme de débit, se révèle être un véritable moteur du développement des réseaux en fibre optique et même le principal argument des opérateurs de fibre optique pour investir et justifier les usages.

Le GPON devient la technologie de référence pour le très haut débit aux Etats-Unis

La technologie GPON est devenue la technologie de référence pour les opérateurs déployant en FTTH. Elle constitue la dernière évolution des réseaux optiques passifs, s’appuie sur le standard BPON (pour Broadband PON) et en améliore sensiblement les performances.

Des capacités en débit accrues : les débits rendus possibles sur GPON sont de 2,4 Gbps pour le downstream et de 1,25 Gbps pour l’upstream. Les capacités offertes en débit sont donc nettement augmentées pour le downstream par rapport aux 1,25 Gbps bi-directionnels proposés par la technologie BPON.

Une augmentation des distances de déploiement : l’augmentation des débits n’est pas l’unique avantage proposé par cette nouvelle technologie. En effet, en GPON les distances de déploiement possibles sont considérablement augmentées de près de trois fois plus qu’en EPON et en BPON.

Un ratio de split augmenté : la technologie GPON offre un ratio de split ou taux de couplage (nombre maximal de terminaison du réseau pouvant être connectés à une même fibre optique via un splitter passif) de 64 contre 32 en BPON.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :