h1

L’industrie du câble : état du marché

26 juin 2007

Les dernières années, l’industrie du câble s’est métamorphosée de distributeur de programmes télévisés analogiques, en fournisseur de services numériques intégrés de divertissement, information et communication, à destination des foyers et des entreprises.

Un marché hautement concurrentiel, qui profite au consommateur

Aux Etats-Unis, le câble est la première source de consommation télévisée, depuis le tournant de 1999-2000, lorsque la part de marché du câble a dépassé celle du broadcasting (voir ci-contre, source : Cable TV Facts).

Mais le changement de consommation qui s’opère est aussi et surtout qualitatif. Ainsi, en 2006, les opérateurs ont continué à ajouter des chaînes en haute définition à leur programmation, ont travaillé conjointement avec l’électronique grand public pour développer des standards de téléviseurs plug-and-play et ont produit des services poussant les abonnés à adopter les technologies numériques.

Par conséquent, des technologies avancées, une offre très diversifiée et une forte concurrence des acteurs permettent désormais aux consommateurs de choisir parmi d’innombrables options en termes de divertissement vidéo, de services de téléphonie et d’accès Internet. En contrepartie, sur les différents créneaux où ils sont présents, les câblo-opérateurs traditionnels subissent aujourd’hui une forte concurrence :

· Sur le plan de l’offre télévisée, la concurrence des opérateurs satellite comme DirecTV et Dish Networks (qui représentent plus de 30% de l’offre vidéo multichaînes), celle des opérateurs locaux qui élargissent leurs offres de télévision numérique, et de façon générale la prolifération des services de vidéo sur Internet et de télévision interactive ;

· Concernant l’Internet haut débit, la concurrence des fournisseurs d’accès à Internet comme RCN, Knolology, WOW, celle des fournisseurs de services Internet sans fil, et l’émergence de nouvelles technologies prometteuses (Broadband over Power Lines, WiMAX, les réseaux sans fil de troisième et quatrième génération, etc.) ;

· En matière de voix, la concurrence des géants de la téléphonie nouvellement constitués, tels AT&T et Verizon, et des opérateurs locaux dans les zones résidentielles.

Il en résulte que dans l’ensemble, le consommateur bénéficie de produits de plus haute performance à des prix moindres : en général une offre de triple play revient à moins de 100 dollars, ce qui est significativement inférieur aux coûts cumulés d’offr

Technorati Tags: ,

es satellite, télécoms et Internet.

Ainsi, le bilan à fin 2006 est le suivant :

· Les câblo-opérateurs n’ont pas perdu de vue leur cœur de métier et continuent à accroître leur audience, avec 32 millions de foyers qui regardent la télévision via le câble numérique.

· Par ailleurs, 28,9 millions de foyers ont choisi un câblo-opérateur comme fournisseur d’accès à Internet haut débit, ce qui représente une croissance annuelle de 7,3% depuis 2001. En sus, deux millions de commerces et entreprises souscrivent à une offre Internet par câble, ce qui monte à 31 millions le nombre d’abonnés Internet par câble.

· De plus, 9,5 millions de foyers ont recours à l’offre de téléphonie des câblo-opérateurs, ce qui représente un taux de croissance annuel de 47% depuis 3 ans.

clip_image002

Un réseau rénové et modernisé

Selon Kagan Research, ce sont donc 65,6 millions de foyers qui sont abonnés au câble, soit un taux de pénétration de la population américaine de 58,8%. Comme 100% du territoire est couvert par le réseau câblé, potentiellement tout foyer américain peut y être converti. Au total, l’industrie emploie 1,1 million de travailleurs locaux.

clip_image004En sus des 100 milliards de dollars investis dans la fibre optique, les câblo-opérateurs ont investi 12,4 milliards dans la rénovation de leur réseau depuis l’adoption du Telecommunications Act par le Congrès en 1996. Sur les années 1999 à 2002, le montant des investissements en infrastructure a ainsi dépassé le montant des dépenses liées à la programmation, alors même que celles-ci ne cessent de croître, s’élevant à 90,7 milliards de dollars sur la période 1995-2005 (voir le comparatif des dépenses liées à la programmation et des dépenses d’investissement en infrastructure ci-après).

Ces investissements ont permis à 30 cable networks de diffuser en haute définition dès janvier 2007. De plus, en réponse à l’avantage pris par le câble en matière de réseaux par fibre optique, les opérateurs télécoms ont étendu leurs propres réseaux par fibre et de nombreuses start-up se sont engagées dans la brèche, le tout ouvrant aux consommateurs un paysage audiovisuel élargi et enrichi.

clip_image005

Vers une consommation à la demande

La commodité du câble n’en finit pas de croître, notamment de par l’ajout de guides des programmes interactifs et de menus étendus de vidéo à la demande (VOD) qui donnent au consommateur le choix parmi une librairie de programmes plutôt qu’une programmation strictement linéaire.

· Ce sont 84% des foyers qui peuvent bénéficier d’offres gratuites ou payantes de VOD. En 2006, plus de deux milliards de programmes ont été vendus, avec un foyer sur quatre qui dit avoir utilisé un service de VOD gratuite au moins une fois par semaine. Avec son service de VOD leader de l’industrie du câble, Comcast dit avoir servi 187 millions de flux VOD au mois de décembre 2006 (contre 167 millions deux mois auparavant). Sur l’année entière, cela représente 1,8 milliard de sessions.

· Par ailleurs, la popularité croissante de DVR contribue à rendre les téléspectateurs maîtres de leur consommation et à redéfinir des modes de consommation du câble. A mi-2006, environ 20% des abonnés au câble possédaient un DVR, avec 12% utilisant le service DVR de leur câblo-opérateur et 7% un TiVo. A elle seule, Comcast fait état de 2,8 millions de foyers équipés d’un DVR à fin 2006. Time Warner Cable compte, quant à elle, 2,5 millions d’abonnés DVR, ce qui représente 19% de ses abonnés.

La VOD et le DVR sont surtout perçus comme la partie visible de l’iceberg qui ouvre vers de plus en plus d’interactivité et de relation à double sens entre l’utilisateur et son équipement audiovisuel. Le cabinet d’études Magna Global estime que d’ici 2010, ce seront 59,3 millions de foyers qui auront à disposition une offre de VOD (soit 51% des foyers) dont 36,6 millions de foyers qui possèderont un DVR (soit 31,7%) (voir ci-après les projections de succès de la VOD d’ici 2010).

Le fait que l’industrie du câble ait été fortement impliquée dans la constitution d’un réseau national d’Internet à haut débit, est un argument supplémentaire que l’industrie du câble oppose à la FCC pour défendre son action en faveur d’une offre à la demande.

clip_image007En effet, l’accroissement des vitesses de connexion à Internet se conjuguant avec la prolifération des e

Technorati Tags:

nregistreurs numériques (DVR), des guides des programmes interactifs et une offre toujours plus large de films et programmes à la demande, donne aux consommateurs le contrôle sur leur façon de communiquer, de consommer du divertissement et de rechercher l’information.

Ces assertions sont tout de même à mettre en perspective, du fait que le temps total de consommation VOD – qui prend en compte les longs métrages – ne correspond encore qu’à environ 2% du temps total passé par les foyers américains devant la télévision.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: